Anges de l'Honneur et Anges des Ténèbres ! Tous humains, tous surnaturels !

Anges de l'Honneur et Anges des Ténèbres ! Tous humains, tous surnaturels !

Combattre, combattre pour le bien, pour le mal ou simplement pour le plaisir. Ceci sera votre mission si vous voulez rejoindre ce monde créer par des Anges. Les Hommes qui y habitent possèdent des capacités parfois terrifiantes ! Joignez-vous à nous !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la mission illégale [fiction]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: la mission illégale [fiction]   Sam 13 Nov - 3:40

La mission illégale

note: j'y met en vedette mon personnage mais je ne contrôle pas encore les runes. si vous trouvez des incohérence avec les attitudes des personnages que je met en action dite le moi.

Episode 1 : Arthen, un village sortant de l’ordinaire.

Athenir Solando et Shadow marchaient tranquillement sur la route menant à Arthen, un village en bordure des Chaos de Karaï, guidé qu’ils étaient par un habitant Arthenais.


Au loin, les pics tourmentés de Karaï déchiquetaient le ciel et l’horizon.

- Nous somme bientôt arrivé Shadow. Fit Athenir a son familier.

Cela faisait deux jours déjà que l’archimage et son familier étaient parti de Celobia. Un serf de sa majesté c’était plaint à son altesse des pillards qui saccageaient son village et ses récoltes. La princesse Melia, dans sa bonté naturelle avait fait mettre le mendiant dehors avant de continuer d’administrer la ville.

Peu de temps après, le Capitaine Fendir qui coordonnait les patrouilles dans la ville avec les conseils de la princesse lors de l’interruption avait été choqué par la totale froideur de la princesse avait décidé de faire quelque chose. Il avait demandé au meilleur garde de sa compagnie de partir pour Arthen et y résoudre le problème. Il fallu bien entendu que ce soit Athenir qui fusse choisi pour cette mission.

Deux jours déjà que j’avais reçu ma mission et je n’avais fait que marcher. Il fallait que je me rattrape une fois arrivé.

Arthen était un petit village fermier bordé d’une petite palissade en bois de chêne. Une rivière, prenant sa source dans une cave sous la falaise, le traverse de part en part. Des cheminées de pierres surplombant les toits de chaumes, de la fumée s’échappait. Ces fumeroles, éclairées par les rayons du soleil couchant prenait un teint rosâtre et les fenêtres de habitations commençaient à se garnir de lumière.

- Il faut se dépêcher fit Harold mon guide, car dans bientôt ils fermerons les portes et nous ne pourrons plus rentrer avant que le soleil ne se lève à nouveau.

Nous nous hatâmes et arrivâmes au village alors que le portier fermait le premier battant

- qui nous ramène tu donc Harold? Je pensait que la princesse enverrait des soldats armé jusqu’au dents. Fit le portier en leur permettant le passage.

- rigole. La princesse n’a pas du tout écouté ma plainte et si ce n’était pour le capitaine des gardes Fendir, je serait revenu bredouille.

- Quoi? Le capitaine des gardes c’est déplacé en personne.

Embarrassé d’être confondu avec son capitaine, Athenir dû s’expliquer.

- Pardon de vous décevoir, mais je ne suis que l’un des gardes de la compagnie du capitaine Fendir.

- Peu importe, fit le portier. Vous êtes là, cela signifie que nos problèmes trouverons rapidement une fin.

Alors que nuit tombait, Athenir se dirigea vers l’auberge du village pour y réserver une chamber.

Soudain, dans un rayon lunaire, une silhouette apparu. Une femme aux cheveux argentés vêtue d’une sorte de kimono gris-argenté apparu devant Athenir. A sa Ceinture, la femme portait une épée sans fourreau dont la clarté se reflétait sur ses vêtements.

-Athenir Solando. Les troubles vers lesquels tu t’avances sont trop grands que pour être résolu par toi seul. Accepte mon aide, Je te laisserai toute la gloire qui pourra en résulter.

- Je voudrais bien mais qui êtes vous ?fit Je.

-Ne ferme pas l’œil de la nuit et ne fait confiance personne, c’est quand la lune luit qu’ils attaquent.

Avant même que je n’ai pu me retourner, la femme avait disparu.

Troublé par cette rencontre, je continuai mon chemin et entrait dans l’auberge.

Tout le village semblait s’être rassemblé à l’auberge tant la salle était comble. J’avançais difficilement vers le comptoir. Quand j’y parvint je pût enfin louer une chambre.

Sur la paillasse de ma chambre je repensait au dire de la femme en gris.

”ne fait confiance à personne” avait elle dit. Me dis-je On me cache quelque chose à coup sur mais quoi ?

Je réfléchis un certain moment, allongé sur le lit de paille.

Alors que j’étais dans mes pensées, la porte s’ouvrit. Je bondi instinctivement sur mon épée. C’était le garçon de l’auberge qui apportait un seau d’eau fraiche et des tissus propres.

Alors qu’il changeait les tissus de la paillasse, je remarquait qu’il avait une blessure de morsure à l’un des bras.

Je me disait, ”il a du violenter un chien qui lui a rendu la pareille” mais soudain je remarquait mon idiotie. Sur toute la traversée du village je n’avait aperçu ni chien ni trace de leur passage.

Je surveillait le garçon de ferme pendant un petit moment mais rien de suspect ne se passait. alors qu’il repliait les tissus usagés près de la fenêtre, je m’approchait du seau d’eau et commençait à me laver les mains et la tête.

Soudain, je l’entendit gémir et se tordre de douleur. Par ses cris de nombreuses personnes rappliquèrent et firent irruption dans ma chambre.
Tous furent témoin de l’horrible spectacle. Dans un rayon lunaire, le jeune garçon se transformait. Sa peau devenait plus solide, ses os s’allongèrent et prirent des proportions que l’on qualifierait d’inhumaine.

Alors que son corps se transformait, sa raison le quittait. ”aider moi ” n’arrêtait il pas de crier malgré la douleur, mais comment devions nous l’aider. A un moment, il ne parvint plus a dire mot et son corps qui était avant régi par la raison fut régi par les instinct de la bête qu’il était devenu. Du sang, il voulait du sang, beaucoup de sang.

Alors même que sa transformation se terminait, la bête se redressa et bondit vers le groupe qui se dispersa pour éviter les griffes de la bête. Nombreux de ceux qui se targuaient d’être brave et valeureux fuirent ne laissant que moi le tenancier de l’auberge et deux autres personnes pour essayer de contenir la bête et l’empêcher de rejoindre la salle principale de l’auberge.

La bête nous regarda fixement, l’un après l’autre, puis avança lentement vers la porte, qu’un homme, visiblement bucheron, bloquait de son corps.

- Non tu ne sortira pas d’ici, fit, je en bondissant vers la bête. Prenant mon épée au passage, je tailladais profondément l’une des pattes de l’animal.

Voyant que la porte était gardée par quatre personnes, la bête fit demi tour et s’échappa par la fenêtre.

Plein de confiance en moi, je la suivi bien que la chambre se trouvait au premier étage.

Quand je me relevai, j’aperçu le monstre aux prises avec une silhouette. Je me dépêchais d’aller lui porter assistance. Cette silhouette n’était autre que la mystérieuse femme aux cheveux argentés.

Maniant son épée cristalline, l’inconnue tailladait les flancs du monstre mais par un maléfice les blessures de l’animal se refermaient. Profitant que l’inconnue attirait l’attention de la bête, je bondit et tranchait la gorge de l’animal. Mais la blessure cicatrisa a nouveau.

- il faut lui percer le cœur, me cria l’inconnue.

”Il faut lui percer le cœur” facilement dit mais difficilement faisable.

La bataille continua pendant un moment encore sans qu’une seule opportunité ne se présente que ce soit pour moi ou pour l’inconnue. Quand la bête devint trop menaçante, j’enflammais ma lame et continuais le combat. le combat s'éternisait et nos corps se recouvrait de blessure légères et d'ecchymoses. par plusieurs fois l'un d'entre nous dû sauver l'autre des griffes acérées et des crocs contaminés du monstre.

Nous combattîmes encore pendant de longues heures sous la lumière de la lune et les flammes de ma lame. La fatigue commençait a nous prendre quand une vision me rendit courage, les blessures de la bête ne se refermaient plus. La magie de la bête commençait à faiblir, nous allions pouvoir la vaincre.

- courage , madame, notre courage vainc sa magie. Ses blessures restent ouvertes.

Remarquant alors à son tour l’affaiblissement de la bête, l’inconnue redoubla ses attaques et alors que la constellation d’Althaé se trouvait au Zenith, je parvint à embrocher le cœur de l’animal.

- Quelle était cette chose, dit-je en retirant mon épée du corps inanimé de la bête.

- Un loup-garou. Leur race vit généralement dans les vallons sombres des monts de l’ouest. Je ne comprend pas comment l'un d’entre eux est arrivé jusqu’ici, déclara la femme.

La nouvelle se répandit que le monstre avait été vaincu. De l’auberge, des personnes sortirent avec des lampes pour voir la dépouille du monstre. A peine les premiers badauds étaient a mi-chemin, l’inconnue disparu, non sans murmurer a mon oreille quelques mots ne me réconfortant pas.

- Il n’est qu’un contaminé, le vrai rôde encore.

Revenir en haut Aller en bas
 
la mission illégale [fiction]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [embauche illégale/coupable] Choupettezou59 21/03/1459
» Une infraction illégale...[PV : Patte de Grive]
» Santiagoriccardo VS Alais - Escroquerie - Vente illégale de bois - Verdict rendu
» [installation illegale] Khristelle - 2/03/1458
» [installation illégale]Pardaillan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anges de l'Honneur et Anges des Ténèbres ! Tous humains, tous surnaturels ! :: Flood-
Sauter vers: